Avis

 

N.B. Votre avis ne sera présenté ici qu'avec votre autorisation.

 

 

Le roman "Ma mémoire à l’ombre de tes mains" m’a émue. J’ai beaucoup apprécié l’histoire et l’écriture. Je connaissais l'artiste pour avoir visité l’une de ses expositions de peintures. J’ai retrouvé à travers ses mots le peintre et le poète. J’ai découvert aussi un homme à l’humour parfois cinglant. Belle, très belle lecture.                                                                                                                  M.-S. Poncelet

 

Bon écrivain l'artiste Jacques Jacob. Son dernier roman "Rien ne sert d’oublier"  en est un bon exemple. J’ai apprécié l'écriture, la richesse du vocabulaire, le talent poétique et l'histoire émouvante.                                                                                                                                                                                                                                       P. Richet

  

C’est en 1980, au Canada, dans une galerie d’Edmonton, que j’ai découvert des œuvres de l’artiste J.Jacob. Récemment, j’ai trouvé quelques aquarelles, pastels, dessins et peintures de lui à Lausanne. J’ai découvert, en plus, un écrivain qui a un beau brin de plume et qui m’a émue au travers de ses romans : Ma mémoire à l’ombre de tes mains et Rien ne sert d’oublier. Ces romans, sans raideur, sans ennui, sont des lectures poignantes et passionnantes qui se dévorent.                                                                            Ginette Laroche

Quel dommage que ce site n’accorde aucune place aux sculptures de l’artiste ! Des œuvres rares, de bonne facture, dispersées lors d’une vente à Bruxelles. Des douleurs musculaires obligèrent Jacob à ne pas poursuivre ses œuvres en trois dimensions. J’ai bien connu cet artiste. J’ai exposé certaines de ses œuvres aux USA et en Nouvelle-Zélande.                                                                    J-L. R. ex-marchand d’art

 

"Ma mémoire à l’ombre de tes mains" m’a remué le cœur. Un tel roman est l’honneur de la belle littérature, de la belle écriture.                                                                                               P. M. de Saint-Gratien