Avis

 

N.B. Votre avis ne sera présenté ici qu'avec votre autorisation.

 

Je compare Jacques Jacob à Amélie Nothomb avec un peu moins de souplesse et plus de rationalisme.

Son roman "Ma mémoire à l’ombre de tes mains" est une œuvre magnifique, surtout dans la mesure où, en ce qui me concerne, je suis flatté par l’éloquence du décor rural qu’il campe. Dès la première page, on entre directement dans le suspense. Les deux tragédies parallèles, tant des individus que des couples et leur rencontre finale, sont remarquables. Leurs cheminements, tellement étrangers au départ, sont habillement tramés. La psychologie des acteurs est finement analysée, l’observation du vécu est captivante. L’utilisation du présent comme référence temporelle donne au texte un muscle et une vie que le passé serait peut-être moins compétent à procurer. En plus, le contraste entre le présent et les scènes du passé est ainsi plus marqué.

Jacques Jacob a une énorme capacité d’écriture… On sent qu’il aime écrire. On voit la recherche, le goût de la perfection et de la transmission du message bien rédigé. Le plaisir, le besoin de la rigueur.                                                                                                                                                                                      Pierre Lepage    Meix-devant-Virton

 

Bon écrivain l'artiste Jacques Jacob. Son dernier roman "Rien ne sert d’oublier"  en est un bon exemple. J’ai apprécié l'écriture, la richesse du vocabulaire, le talent poétique et l'histoire émouvante.                                                                                                                                                                                                                                       P. Richet

 

Originaires du sud de la Belgique, nous avons découvert dans "Ma mémoire à l’ombre de tes mains" la Ferme du Hayon (devenue la Ferme de la Renardière), l’abbaye d’Orval (abbaye d’Avlor), mais aussi d’autres lieux. Cela dit, ce roman nous a époustouflés par son histoire, par son écriture et par sa force.                                                                                                                                                                                           Monique et Claude    Arlon

 

Superbe. J’ai lu d’une traite "Rien ne sert d'oublier".                                                                                             Christiane B.   Toulon

 

À force d’entendre dire que le roman "Ma mémoire à l’ombre de tes mains" est vraiment bien, je me suis laissé tenter. Vraiment, je ne suis pas déçu. C’est beau. C’est émouvant. C’est très bien écrit.                                                                                                                                                                                                                        M. Gilson

 

C’est en 1980, au Canada, dans une galerie d’Edmonton, que j’ai découvert des œuvres de l’artiste Jacob. Récemment, j’ai trouvé quelques aquarelles, pastels, dessins et peintures de lui à Lausanne. J’ai découvert, en plus, un écrivain qui a un beau brin de plume et qui m’a émue au travers de ses romans : Ma mémoire à l’ombre de tes mains et Rien ne sert d’oublier. Ces romans, sans raideur, sans ennui, sont des lectures poignantes et passionnantes qui se dévorent.                                                                             Ginette Laroche

Quel dommage que ce site n’accorde aucune place aux sculptures de l’artiste ! Des œuvres rares, de bonne facture, dispersées lors d’une vente à Bruxelles. Des douleurs musculaires obligèrent Jacob à ne pas poursuivre ses œuvres en trois dimensions. J’ai bien connu cet artiste. J’ai exposé certaines de ses œuvres aux USA et en Nouvelle-Zélande.                                                     J-L. R. ex-marchand d’art     Bruxelles

 

Le roman "Ma mémoire à l’ombre de tes mains" m’a émue. J’ai beaucoup apprécié l’histoire et l’écriture. Je connaissais l'artiste pour avoir visité l’une de ses expositions de peintures. J’ai retrouvé à travers ses mots le peintre et le poète. J’ai découvert aussi un homme à l’humour parfois cinglant. Belle, très belle lecture.                                                                                                                  M.-S. Poncelet

 

"Rien ne sert d'oublier" m’a remué le cœur. Un tel roman est l’honneur de la belle littérature, de la belle écriture.                                                                                                                               P. M. de Saint-Gratien

 

J'ai été absorbée par la lecture des deux derniers romans de Jacob. Deux histoires magnifiques. Du pur bonheur!                                                                                                                                                                                                   A-L.  P.    Ciney