Écrivain

 

 

 

 

                                        

                                                                                                                         Nouvelle

                                                                                                                             ( extrait )

                                         Grand-père,

                                  tu peux te retourner

                                       dans ta tombe !

                                                                                                                            Écrit en 1981

 

Bruxelles frissonne dans le crachin en cette fin d’automne 1998.

        Un petit homme malingre, Cécilien Lombard, pénètre dans le hall de l’hôtel Hilton et se dirige vers la réception pour remettre à l’hôtesse d’accueil un prospectus...                                                                                                                                                                                      © Tous droits réservés.

 

            Bien plus qu'une ruse !

 

 

 

Théâtre

(comédie en 3 actes )

                              Quand les coqs pondent

                                                                                                                              Écrit en 1982.

 

 

 

 

Conte

( extrait )

                                        L’âne de Martin
                                                                                                                             Écrit en 1984.

           

 - À qui est l’animal devant le Musée de la Pierre ?

Une torsion de sa bouche préluda à un nouvel emportement.

 - C’est l’âne de Martin ! répondit une voix rauque.

  La mise à la retraite de ce maraud avait ravi bien des collègues. Nourri principalement de nouilles au beurre, cet individu de basse extraction aux humeurs versatiles suait la fausseté, l’avarice et la prétention. La tête large et chauve, la figure un peu beigeâtre, le ventre mou et affaissé, il déboula à Steune-Haie et sauta à pieds joints dans la vie de madame Kluc-Hette. Il trouva chez elle le gîte et le couvert. Malgré les soupirs de vertu outragée de la matrone qui exigeait une rétribution en compensation de quelques minutes répugnantes, un jour sur dix, il honorait sa couche.

              Ce matin-là, la fourberie de notre homme s’apparenta plus que jamais à une sorte de béatitude. L’animal de Martin brayait devant le Musée des Pierres Meulières de Steune-Haie, Musée de la Pierre, comme on disait tout simplement, ici, dans cette province chinoise qui n’existe plus aujourd’hui.

 La brume escamotait le fond de la vallée.

 Derrière un mur, une voix pâteuse lança :

 - La vie professionnelle accapare souvent les cocus !

  À la suite d’une cascade de rires, une femme gloussa :

 - Mais leur avancement leur donne une compensation !

 Tournant le dos aux moqueurs, l’âne de Martin mâchait du foin avec un bruit lent de râpe…                                                                                                                                                                       © Tous droits réservés.

 

  Satire amusante.  

Jacques Jacob met le doigt sur les ridicules d’un personnage

 grotesque et trompeur.

 

 

 

 

Nouvelle

( extrait )

Qui ne dit mot consent

Écrit en 1990.

 

         Depuis longtemps, il se complaît dans une solitude qu’il a apprivoisée pour se sentir bien avec lui-même et pour n’éprouver aucun déplaisir lorsqu’il s’éloigne des autres.                                                                                                                                                               © Tous droits réservés.

 

François n’est pas du genre

à hurler avec les loups

ou à pisser avec les moutons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                             Écrit en 2003.

 

                     Le manteau noir                            

2 ͤ  édition

                  

Hanté par une enfance difficile, Gérald n’a de cesse de fuir son passé. Au cours d'une soirée carnavalesque, une angoisse l’oppresse et l’étreint à la gorge.

 

     

Extrait:

 

Partout, la poussière couvre le passé de son drap gris et de ses odeurs antiques de couvent et de monastère, partout, de bas en haut, dans cette maison où il vient de pénétrer comme s’il entrait en religion, absorbé par l’esprit des lieux. Et, maintenant il ne se meut ici qu’à petits pas glissants, sans aucune brusquerie, pour ne rien heurter, comme s’il cherchait à ne déplacer ni poussière ni silence, comme s’il voulait ne pas profaner l’âme de son ancienne chambre à coucher où la cendre du temps couvre et se recouvre.                                                                     © Tous droits réservés. 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

                                                                                                                               Écrit en 2015.

 

Ma mémoire à l’ombre de tes mains

 

Un grand roman d’amour, un renoncement, un drame dont l’actualité nous a fourni de bouleversants exemples. Ce récit passionnant, profondément humain, mené avec beaucoup d’habileté et servi par une belle écriture, s’adresse à notre âme. Car Jacques Jacob détient le pouvoir des romanciers qui captivent et que l’on suit jusqu’au bout de leur monde.

  

Extrait


Affalée dans le fauteuil de relaxation, les bras sur les accoudoirs, Babette fourrage dans son passé. Comme si elle établissait une chronologie de sa vie vécue avec son mari, elle revoit sa rencontre avec Franck, ses jours d’hospitalisation, les soirées de tango argentin, le dernier concert où Franck lui tient la main devant le kiosque à musique de Sterville occupé par une société d’harmonie. Et comme une mèche de souvenirs enfermée dans son cœur, elle entend les mots de Franck lorsqu’elle lui demande :

 

-      Tu aimes ?

 

-       Oui. C’est une interprétation magistrale. Les musiciens ont du talent. Mais il n’y aura jamais d’aussi belles notes aiguës de flûte ou d’accents graves de violon que tes petits cris d’amour.

 

         Elle avait souri en serrant les doigts de son mari...                                                                                            © Tous droits réservés.

 

 

 

 

 

  

 

 

Rien ne sert d'oublier

Roman


 

Rien ne sert d’oublier, un roman bouleversant dont l’intensité résulte de la combinaison d’une histoire prenante, d’un suspense et du tic-tac omniprésent du temps. Au-delà du charme de l’écriture, au-delà d’un style personnel, l’auteur nous entraîne dans les méandres de l’inconscient et de la perversion, en nous livrant, sans la moindre complaisance, une étude psychologique des personnages, l’intimité d’un homme et les dessous obscurs d’une famille.

                                                                                                                                                                                                                                                         © Tous droits réservés.

 

 

Nouvelle

 ( extrait ) 

 

                                       Le canif à manche de bois                 

                                                                                                                                                                                 Écrit en 2016.

 

 

 Chez cet individu avec des yeux en fente de tirelire, la critique est érigée en art de vivre.
- Tiens-toi en garde, me répétait mon ami, tu risques d’être victime de leurs manigances. L'honnêteté, chez eux, n'est qu'une façade…                                                                                                        © Tous droits réservés.

 

 

 

 

 

Nouvelle

( extrait )

Écrit en 2017.

 

Elle aurait voulu être une artiste

 

 

Son prénom si délicat sied autant à son imposante stature qu’un tutu à un hippopotame. Non, elle n’est pas à la mer. À la montagne, non plus. En revanche, on l'imagine dans un zoo quand elle se dandine sur ses jambes épaisses à côté d’un mufle tel que son mari...                   © Tous droits réservés

                            

L'hypocrisie doucereuse et sournoise

d'une femme

                                                en manque de considération.                                              

 

 

 

 

 

Nouvelle

( extrait )

 

 

 La mère Michèle

 

 

Parée de fards et de vernis qui amusent sa laideur, cette petite vieille boulotte, mégère au nom royal, coasse, la poitrine avachie sur une table. Tandis qu’elle belote, les élastiques de ses sous-vêtements brident des masses adipeuses, pareilles à ces volailles trop grasses que des ficelles empêchent de se déformer à la cuisson...

 

 

Satire pleine d'humour

                                                           qui ridiculise une grognasse prétentieuse.                                    © Tous droits réservés.

 

 

 

 

 

Nouvelle

( extrait )

                                          Vendanges

                                                                                                                             

Pourquoi être bégueule après tant de frivolités ? se dit-il, en voyant Mauru qui n'a pas reconnu ce mort vivant, en bonne santé...  

                                                                                                            Fruit amer et délicieux,

sa vengeance 

                                                                                se mangera froide ... avec elle.

 

 

 

 

 

 

 Avertissement concernant les textes de Jacques Jacob repris ci-dessus :  toute ressemblance avec des faits réels, avec des personnes existantes ou ayant existé serait purement fortuite.